Textes Inédits : Ewilan, Les Scènes Coupées


Introduction

Nous poursuivons notre plongée dans les textes “inédits” de Pierre Bottero avec les scènes coupées d’Ewilan… Ces scènes sont présentes dans l’édition originale (Grand Format) de l’Île du Destin, aujourd’hui indisponible en neuf. Elles ont aussi été publiées dans La Quête d’Ewilan, l’intégrale ; une édition collector parue en 2010 aujourd’hui très difficilement trouvable à un prix raisonnable.

Ce texte inédit revient sur l’écriture d’Ewilan, sur la recherche du ton juste… et sur le sale caractère des personnages ! Un texte savoureux et débordant d’humour.

Télécharger

Sans plus attendre, le texte !

Bouton de téléchargement(Format PDF pour plus de confort)

Bonne lecture…


LE “MAKING OF”

Derrière l’écriture et la publication d’une trilogie comme La Quête d’Ewilan il y a une impressionnante somme de travail mais aussi de plaisir. Et beaucoup de complicité entre l’auteur et l’éditeur.

À chaque étape, nous avons discuté, réfléchi, privilégié des pistes, traqué fautes et incohérences. Nous avons également échangé, plaisanté, déliré, et c’est ainsi qu’en marge des aventures d’Ewilan s’est dessiné un autre monde. Le monde des coulisses de l’écriture, dont voici quelques morceaux choisis…

Pierre Bottero

Ewilan, Les Scènes Coupées

Présentation de Rageot :

Lecteurs d’Ewilan, vous pensiez que les personnages étaient entièrement soumis à la volonté de leur auteur ? Qu’ils faisaient exactement et immédiatement ce que l’on attendait d’eux ? Vous croyiez qu’Ewilan n’avait jamais raté un Dessin ni Salim oublié une réplique de son texte ? Si vous saviez toutes les scènes qui ont été coupées au montage ! La preuve par l’exemple avec l’irréprochable Edwin Til’ Illan…

Edwin et le Ts’lich : première

Le Ts’lich s’inclina imperceptiblement et les mots jaillirent de sa gueule aux mandibules acérées.
– Rien ne saurait me forcer à te combattre, Edwin Til’ Illan. Les légendes parlent de toi, l’unique humain qui, par quatre fois, a réussi l’exploit de défaire un guerrier ts’lich. Pourtant, même le champion des Alaviriens ne pourrait survivre à un affrontement contre deux d’entre nous.
L’air se troubla une fraction de seconde et un second Ts’lich apparut à côté du premier.
– Alors, Edwin Til’ Illan, m’accordes-tu ce que je suis venu chercher ou tentes-tu de bouleverser les légendes ?
Un rictus sardonique vint déformer le visage du maître d’armes.
– Je vais ouvrir vos ventres de sales reptiles puants, répandre vos entrailles dans cette clairière et bouffer vos cœurs encore fumants. Ensuite je…
– COUPEZ !
– Quoi, coupez ?
– Edwin, mon chéri, il s’agit d’un livre jeunesse, pas d’un film gore ! Adapte ton langage s’il te plaît. Allez, on reprend !

Edwin et le Ts’lich : deuxième

Le Ts’lich s’inclina imperceptiblement et les mots jaillirent de sa gueule aux mandibules acérées.
– Rien ne saurait me forcer à te combattre, Edwin Til’ Illan. Les légendes parlent de toi, l’unique humain qui, par quatre fois, a réussi l’exploit de défaire un guerrier ts’lich. Pourtant, même le champion des Alaviriens ne pourrait survivre à un affrontement contre deux d’entre nous.
L’air se troubla une fraction de seconde et un second Ts’lich apparut à côté du premier.
– Alors, Edwin Til’ Illan, m’accordes-tu ce que je suis venu chercher ou tentes-tu de bouleverser les légendes ?
Le maître d’armes repoussa d’un geste vif la mèche de cheveux blond platine qui lui barrait le visage.
– T’es ouf ou quoi ? Je vais t’exploser la chetron si tu te casses pas fissa ! Alors tu nous lâches les baskets et tu…
– COUPEZ !
– Qu’est-ce qu’il y a encore ?
– Ça ne va pas du tout, Edwin ! Ton langage !
– Il faut savoir ce que tu veux. C’est un bouquin jeunesse ou pas ?
– Edwin, mon chou, tu me désoles. Notre rôle est d’offrir aux adolescents un ouvrage dans lequel ils se retrouvent, mais sans sacrifier la place que…
– C’est bon, j’ai compris. On recommence.

Edwin et le Ts’lich : troisième

Le Ts’lich s’inclina imperceptiblement et les mots jaillirent de sa gueule aux mandibules acérées.
– Rien ne saurait me forcer à te combattre, Edwin Til’ Illan. Les légendes parlent de toi, l’unique humain qui, par quatre fois, a réussi l’exploit de défaire un guerrier ts’lich. Pourtant, même le champion des Alaviriens ne pourrait survivre à un affrontement contre deux d’entre nous.
L’air se troubla une fraction de seconde et un second Ts’lich apparut à côté du premier.
– Alors, Edwin Til’ Illan, m’accordes-tu ce que je suis venu chercher ou tentes-tu de bouleverser les légendes ?
Une flamme farouche illumina le regard opalescent du maître d’armes.
– Le doute ne vous étreint-il pas, vils laquais de l’ombre, à l’idée d’affronter mon courroux dévastateur ? Votre abjection me…
– COUPEZ !
– Mais…
– Non, Edwin, c’est nul ! Sois toi-même. Simple.
– Merci.
– Je t’en prie. Allez, on recommence.

Edwin et le Ts’lich : quatrième

Le Ts’lich s’inclina imperceptiblement et les mots jaillirent de sa gueule aux mandibules acérées.
– Rien ne saurait me forcer à te combattre, Edwin Til’ Illan. Les légendes parlent de toi, l’unique humain qui, par quatre fois, a réussi l’exploit de défaire un guerrier ts’lich. Pourtant, même le champion des Alaviriens ne pourrait survivre à un affrontement contre deux d’entre nous.
L’air se troubla une fraction de seconde et un second Ts’lich apparut à côté du premier.
– Alors, Edwin Til’ Illan, m’accordes-tu ce que je suis venu chercher ou tentes-tu de bouleverser les légendes ?
La bouche du maître d’armes esquissa un sourire dur.
– Le sang de Merwyn coule dans mes veines, Ts’lich, et la mémoire des Avali… Aliva… Ala… Merde !
– COUPEZ !

Edwin et le Ts’lich : cinquième
(et dernière !)

Le Ts’lich s’inclina imperceptiblement et les mots jaillirent de sa gueule aux mandibules acérées.
– Rien ne saurait me forcer à te combattre, Edwin Til’ Illan. Les légendes parlent de toi, l’unique humain qui, par quatre fois, a réussi l’exploit de défaire un guerrier ts’lich. Pourtant, même le champion des Alaviriens ne pourrait survivre à un affrontement contre deux d’entre nous.
L’air se troubla une fraction de seconde et un second Ts’lich apparut à côté du premier.
– Alors, Edwin Til’ Illan, m’accordes-tu ce que je suis venu chercher ou tentes-tu de bouleverser les légendes ?
Edwin resta silencieux, sa lame dirigée vers le premier Ts’lich, ses yeux fixés sur lui.

Pierre Bottero


Sources :

Les autres textes inédits des Quêtes & Mondes d’Ewilan :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.