Le Garçon qui voulait courir vite


Dans ses premiers écrits, Pierre Bottero ne tergiversait pas tant dans la fantasy que dans le réalisme noir. Pourtant, dès son deuxième écrit publié, Le Garçon qui voulait courir vite, l’importance attachée au héros du quotidien, à l’individualisation des êtres, souffle au lecteur que l’acte héroïque n’a pas besoin d’univers parallèles…

L’histoire

Agathe et Jules sont deux enfants dont la vie a été bouleversée du jour au lendemain, suite à l’accident de voiture de leur père. Meurtrie, la famille doit se reconstruire et les enfants ont du mal. Agathe voit petit à petit Jules se renfermer et perdre la capacité de courir. Elle-même doit jongler entre son chagrin et sa nouvelle vie chamboulée.

“J’ai rangé soigneusement ma peine dans le vide que la mort de papa a créé dans mon ventre. Je sens intimement que ce vide, pourtant inconnu des médecins, est important. Un jour, lorsqu’il aura cessé d’être douloureux, il sera une force, j’en suis sûre. Il me faut entretenir ce coin secret, ne pas le laisser disparaître lui aussi, ne pas oublier, ne même pas envisager d’oublier. Mais bon sang, que ça fait mal !”

Critique

Pierre Bottero nous emmène dans la vie de deux jeunes enfants confrontés à la mort. Le Garçon qui voulait courir vite est avant tout une réelle ode à la vie, tout en étant le récit de la reconstruction d’une famille qui a fait face au pire.

Construction

On retrouve ici un scénario simple, mais qui propose son lot de surprises et une certaine complexité. L’histoire ne se déroule pas toujours comme le lecteur pourrait s’y attendre et plusieurs éléments de surprise lui sont réservés. La mort y est omniprésente, sans pour autant qu’elle occulte les autres éléments du livre. Pierre Bottero sait jouer entre la beauté des événements que les personnages affrontent et la tristesse permanente du livre. L’histoire place le lecteur dans un cadre qui, malgré l’âge du livre, reste tout à fait actuel.

Un père qui part alors qu’il aurait pu demeurer

Un père qui meurt alors qu’il aurait voulu rester

Un livre qui s’offre à partager

Une encre qui livre son secret.

Côté personnages, Agathe et Jules sont deux jeunes protagonistes tout à fait crédibles. En effet, que ce soit dans les dialogues ou les interactions, ceux-ci ont des réactions logiques pour des enfants. Agathe est particulièrement bien présentée, avec des sentiments profonds et une personnalité recherchée. Les autres personnages ne sont pas en reste, les différents personnages secondaires sont tout de même travaillés. Ceux-ci ont des caractères bien définis et évoluent également au fil du temps, malgré la brièveté du roman.

Écriture

Pierre Bottero saura toujours émerveiller les lecteurs avec sa poésie et son sens littéraire. En effet, on retrouve chez lui un vocabulaire ainsi que des tournures de phrases très travaillés. Ce style, propre à l’auteur, plonge le lecteur dans un univers entier et réel. On y retrouve un travail des mots réfléchi, qui pose un rythme de lecture fluide.

Conclusion

En conclusion, ce petit roman jeunesse permet d’aborder la thématique de la mort sans pour autant en faire un livre morose. Les personnages évoluent et se reconstruisent au fil des pages. Adapté aux plus jeunes, ce livre propose une réflexion sur la responsabilité et le deuil, ainsi que l’après. Les plus âgés y trouveront aussi leur compte grâce à l’écriture gracieuse de l’auteur.

Références éditoriales

Résumé Flammarion

« Pendant un court instant nos regards se sont croisés. J’ai noté son air intensément concentré, et ce mélange de volonté et de souffrance qui marque ses traits lorsqu’il essaie de courir.
– Vas-y, Jules, fonce ! »

Debout derrière la grille de l’école, Agathe regarde son frère. Jules ne dit rien, il semble perdu. Depuis l’accident de voiture de leur père cet été, Jules ne parle presque plus et court de moins en moins bien… comme s’il avait perdu l’usage de ses jambes. Qui rendra à Jules sa joie de vivre?

Éditions Flammarion

Éditions Flammarion, 2002 Flammarion, 2011 Flammarion, 2017
Collection :
ISBN :
Date de sortie :
Prix neuf :
Castor poche
9782081612662
19/11/2002
/
Flammarion jeunesse
9782081256477
22/05/2011
6 €
Jeunesse / Capsule
9782081410923
24/05/2017
7,00€
Couverture : Le garçon qui voulait courir vite Couverture 2002 Le Garçon qui voulait courir vite Couverture 2011 Le Garçon qui voulait courir vite Couverture 2017

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.