Critique : Le Déchronologue – Stéphane Beauverger


Revenons en cet âge d’or inexploré de tous les possibles, par-delà les flots du temps et les vaisseaux de l’honneur pirate. Le Déchronologue de Stéphane Beauverger nous plonge en un long souffle dans une tourmente de liberté, de violence, de vague à l’âme, avec pour touche finale quelques embruns de science-fiction…

L’histoire

image de Couverture du Déchronologue, La VolteLe capitaine Henri Villon n’a que quelques sujets en tête, qui suffiraient à remplir à eux seuls plus d’une vie… Les maravillas, vestiges du futurs, promesses de richesses et de grandeurs, convoitées par tous les équipages de l’archipel. Son précieux Déchronologue aussi, synonyme de liberté et d’indépendance dans ces Caraïbes en passe de tomber sous le joug de la couronne d’Espagne. Et enfin, Sélène, mystérieuse compagnie féminine à bord, dont le regard transperce les secrets et les âges.
Sans oublier sa bête noire, sa némésis, le Léviathan de fer cillonnant les flots, emportant dans un déluge de feu inexpliqué chaque navire qui croise sa route…

Critique

Imaginaire ; une fusion entre SF & piraterie

Enfant, je m’étais vite lassé des histoires de pirates véhiculant toujours les mêmes images, clichés, et types d’histoires ; force est de constater que Le Déchronologue se hisse hors des flots avec panache. Son concept même, un habile mélange des genres entre piraterie et science-fiction, nous emmène dans le territoire de l’inconnu, de l’original.
À cet égard, le pari de ne pas briser le pacte de lecture était risqué, tellement SF et piraterie paraissent inconciliables. Il est facile dans ces conditions de produire un décalage dérangeant pour le lecteur. Mais cela n’arrive à aucun moment du récit, qui distille l’un et l’autre genre par petites touches, et les mélange subtilement. On ne parle pas de pirates, mais d’un homme libre et capitaine de navire ; on ne parle pas de voyages dans le temps, mais de maravillas, trésors à la mystérieuse provenance… Le résultat, inclassable, est plus que satisfaisant.

Architecture

Itinérance dans le temps, itinérances dans la narration… La vie d’Henri Villon nous est présentée dans le désordre, comme un puzzle dont l’on doit remettre les pièces une à une pour faire un ensemble cohérent. Détail de construction a priori, mais qui permet de décupler le suspens. Un roman complexe donc, et dont la lecture complète permet une relecture tout aussi intéressante, pour redécouvrir des éléments à la lumière des révélations.

Une construction qui fait sens au vu des quelques voyages dans le temps dans lesquels se perdent maravillas et personnages…
Sculpté au millimètre près, Le Déchronologue est un bijou d’architecture.

« À tous les buveurs de tafia, et à tous ceux qui restent debout »

Liberté

« Qu’importe de vaincre ou de sombrer, puisque l’important est de se battre ». Le Déchronologue dégage un élan de vitalité sidérant, l’envie de rester à chaque instant debout. Multiples sont les courants qui balayent les Caraïbes, qui mettent à la dérive le capitaine Henri Villon. Mais ce dernier fait face, se joue des contraintes pour se maintenir à flot, voit en chaque imprévu une nouvelle opportunité d’atteindre ses objectifs, ou de s’en donner de nouveaux. Connaisseur humble de ses capacités, le capitaine est un fin calculateur qui sait être au bon endroit, au bon moment. Le verbe maîtrisé, mesuré ou injurieux selon le besoin ; c’est un personnage haut en couleur qui n’arrête pas de surprendre, de s’adapter, et qui souvent sort de ses zones de confort pour toujours tendre vers sa liberté.
L’équipage, disparate à souhait, montre que la liberté s’obtient dans la violence, l’effort et l’intelligence. Et, même si l’individualisme prévaut souvent, le collectif et l’entraide aussi prouvent leur utilité.
Enfin, les canons du vaisseau, véritables canons temporels, sont la botte secrète de l’équipage. Ceux qui maîtrisent le temps, se placent justement dans l’espace et le temps, sont libres.

Trépidant, aventureux, toujours passionné, ce périple dans les Caraïbes saura ravir tous les amoureux de la liberté.

Sources & Références

  • ISBN13 : 9782917157053 – 400 pages – 18 € – 12 Mars 2009
  • Le site de La Volte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.